Transfert à J2 ou J3

Accueil

Etudes

Grand Public

Plan du Site

Bilans

1995

1996

1997

1998

1999

95-99 *

2000

Cette étude a été dirigée par P. Barbarino-Monier et JP Taar

Introduction :

Classiquement en FIV, les embryons étaient remis dans l'utérus 2 jours aprés la ponction. Ultérieurement sont apparus les transferts tardifs aprés 5 ou 6 jours, mais qui représentent une charge de travail importante au niveau du laboratoire. Plus récemment, le concept de transfert à 3 jours est apparu. Deux arguments appuyent sa pratique : une meilleure sélection des embryons aprés 3 jours et la possibilité d'éviter les transferts le dimanche.

Le but de ce travail a été d'évaluer l'impact du jour du transfert embryonnaire sur les résultats des cycles de fécondation in vitro classiques ou avec microinjection.

Patientes et méthode :

Cette étude a porté sur les ponctions folliculaires réalisées entre 1995 et 1999. Les centres retenus pour ce travail devaient avoir effectué plus de 1000 tentatives sur la durée de l'étude. Trente-huit centres ont répondu à ce critère d'inclusion permettant de colliger 109 944 cycles de traitement. La répartition entre FIV et ICSI est figurée sur le tableau 1.

Tableau 1 : Répartition des cycles de traitement exploités sur la durée de l'étude selon la technique d'AMP utilisée.

Technique
FIV
ICSI
Replacement à J2
53789
34836
Replacement à J3
12588
8731

Résultats globaux :

Globalement, le pourcentage de grossesse évolutive par transfert est supérieur à J2 par rapport à J3, aussi bien en FIV qu'en ICSI (p < 0,05) (figure 1). Cependant, différents facteurs pouvant intervenir dans cette différence, d'autres paramètres ont été pris en compte.

Figure 1 : Pourcentage de grossesse par transfert selon le jour de replacement embryonnaire et selon la technique d'AMP utilisée.

Technique
FIV
ICSI
Replacement à J2
25,7 %
27,0 %
Replacement à J3
23,0 %
23,1 %
P
<0,05
<0,05

Résultats analytiques

1. Analyse univariée

Il est manifeste qu'une différence existe au niveau de la population traitée. Ainsi tant en ICSI qu'en FIV les patientes ont tendance à être en moyenne plus jeune et le nombre moyen d'ovocytes recueillis est un peu plus élevé à J2 par rapport à J3 (tableau 2). Il serait tentant de penser que si les résultats sont meilleurs à J2, c'est parce que les patientes ont un meilleur pronostic…

Tableau 2 : Age moyen des patientes et nombre moyen d'ovocytes obtenus selon le jour du replacement embryonnaire et la technique d'AMP utilisée.

Technique- Jour
FIV J2
FIV J3
ICSI J2
ICSI J3
age des patientes
33,8 ± 4,6
34,5 ± 4,7
32,5 ±4,5
33,2 ±4,7
Ovocytes recueillis
9,3 ± 5,7
9,1 ± 5,5
10,2 ±5,7
10,1 ± 5,6

Mais un autre paramètre est également important à prendre en compte : le jour de la ponction folliculaire dans la semaine. Une des raisons de pratiquer un transfert à J3 est d'éviter le transfert du dimanche quand la ponction a lieu le vendredi. C'est ainsi que 40% des transferts à J3 correspondent à une ponction du vendredi en FIV et 38% en ICSI. Alors que les autres jours de la semaine le taux de transfert à J3 tombe à 8,2% en FIV et 8,8% en ICSI. Il a alors été constaté que, d'une façon générale, les résultats étaient meilleurs quand la ponction avait eu lieu un autre jour que le vendredi, aussi bien en FIV qu'en ICSI (figure 2) (p < 0,05).

Figure 2 : Pourcentage de grossesse par transfert selon le jour de réalisation de la ponction folliculaire, selon le jour du replacement embryonnaire et selon la technique d'AMP utilisée.

Jour de ponction
FIV J2
FIV J3
ICSI J2
ICSI J3
vendredi
25,7 %
22,5 %
24,4%
21,1 %
autres jours
25,8 %
23,4 %
27,3 %
24,1 %
p
ns
<0,05
ns
<0,05

Deux éléments ont alors été pris en compte : l'un en relation avec l'équipe médicale, la politique de replacement des centres, et l'autre en relation avec la patiente, la durée de la stimulation selon le jour de la ponction.

Nous avons, de façon arbitraire, divisé les centres en 3 classes selon la proportion de replacements à J3 sur la durée de l'étude :

- les centres C1 présentaient un taux de transfert à J3 inférieur à 25% (transferts occasionnels)

- les centres C2 présentaient un taux de transfert entre 25 et 50% (transferts réguliers)

- les centres C3 avaient une politique délibérée de transfert à J3 avec un taux supérieur à 50% et dans les faits ce taux était toujours supérieur à 75%.

Les centres faisant du transfert régulièrement à J2 ont des résultats supérieurs à ceux qui en font moins, tant en FIV qu'en ICSI. Par contre, à J3, les centres C3 qui font des replacements à J3 délibérés ont de meilleurs résultats que les centres C1 et C2. Il faut noter, que dans tous les cas, les meilleurs résultats à J3 sont légèrement inférieurs aux meilleurs résultats à J2 (figures 3 et 4).

Figure 3 : Pourcentage de grossesse par transfert selon la politique générale de replacement du centre et selon le jour du transfert en FIV.

Technique
J2
J3
C1
27,0 %
22,2 %
C2
25,1 %
24,0 %
C3
25,1 %
26,3 %
C1 = transferts occasionnels à J3 ; C2 = transferts réguliers à J3 ; C3 = transferts délibérés à J3

Figure 3 : Pourcentage de grossesse par transfert selon la politique générale de replacement du centre et selon le jour du transfert en ICSI

Technique
J2
J3
C1
28,2 %
22,3 %
C2
25,8 %
21,8 %
C3
25, 7 %
27,7 %
C1 = transferts occasionnels à J3 ; C2 = transferts réguliers à J3 ; C3 = transferts délibérés à J3

Quant à la durée de stimulation selon le jour de la ponction folliculaire, l'attitude d'une programmation de nombreux centres aboutit au fait que les ponctions folliculaires surviennent en majorité en première partie de la semaine. Ainsi, les mauvaises répondeuses pourraient plus volontiers être ponctionnées le vendredi. Aucune différence significative n'a été objectivée sur la durée moyenne de stimulation des patientes ponctionnées le vendredi versus les autres jours de la semaine, que le transfert ait lieu à J2 ou à J3.

2. Analyse multivariée

Une étude de régression logistique prenant en compte différents paramètres (centre, jour de la ponction, âge des femmes, nombre d'embryons transférés, replacement à J2 ou J3) confirme la supériorité du replacement à J2 par rapport à J3.

Conclusion

La stratégie de transfert embryonnaire à J3 n'augmente pas les résultats par transfert même quand elle est faite de façon délibérée et intensive.