Bilan Provisoire 2002 :  Tableau  n° 18 :

REPARTITION DES TRANSFERTS Selon LE NOMBRE D'EMBRYONS TRANSFERES et l’existence d’embryons supplémentaires

et taux de grossesse en ICSI

Texte

Tableau précédent

Tableau suivant

 

REPARTITION DES TRANSFERTS SELON l'annee, LE NOMBRE D'EMBRYONS TRANSFERES et l’existence d’embryons supplémentaires

 

N Embryons

Embryons supplémentaires

1998

1999

2000

2001

2002

 

1

Non

11,0

10,3

9,6

10,0

10,8

 

 

 

 

0,001

 

Oui

2,2

2,6

3,6

3,1

4,1

2

Non

16,5

13,4

13,8

13,5

13,4

 

Oui

21,4

29,3

34,5

37,7

39,5

3

Non

16,2

10,9

9,6

8,8

8,1

 

Oui

23,8

26,4

24,3

22,0

19,0

≥ 4

Non

4,6

3,0

1,7

1,9

2,2

 

Oui

4,3

4,0

2,9

2,8

2,9

Fréquence réelle des transferts électifs de 2 embryons*

30,4

39,8

47,3

51,5

55,1

0,001

FIVNAT 2003

*Proportion des cas où 2 embryons ont été transférés alors que 3 ou plus avaient été obtenus. Le dénominateur est donc la somme des 5 dernières lignes du tableau  et le numérateur, la quatrième ligne.

 

Taux de grossesses SELON l'annee, le jour du transfert, LE NOMBRE D'EMBRYONS TRANSFERES et l’existence d’embryons supplémentaires

 

J2 / J3

TOTAL

TOTAL

N Embryons

Embryons supplémentaires

1998

1999

2000

2001

2002

J2/J3

J5 / J7

1

Non

9,6

13,4

10,3

8,1

11,2

10,4

7,9 (n=63)

 

Oui

17,6

17,0

21,1

17,5

18,8

18,8

20,4 (n=551)

2

Non

19,1

20,8

19,0

18,0

20,4

19,3

17,7 (n=113)

 

Oui

31,8

35,3

33,2

31,0

31,7

32,6

33,3 (n=1818)

3

Non

25,1

28,3

24,9

23,4

23,6

25,2

23,8 (n=42)

 

Oui

32,6

33,7

32,1

28,9

27,8

31,3

28,9 (n=422)

≥4

Non

29,4

31,5

26,6

22,1

19,9

27,1

4,4 (n=23)

 

Oui

28,1

32,4

30,9

25,0

26,0

28,7

20,3 (n=64)

FIVNAT 2003

 

Commentaires : Les transferts suivent exactement la même évolution qu’en FIV classique. Comme en FIV, les taux de succès sont les plus élevés pour les transferts électifs de 2 embryons traduisant la politique de transfert adaptée des centres français. En ICSI, les transferts de blastocystes sont nettement moins fréquents qu'en FIV classique et les taux de grossesses sont plus bas mais doivent être analysés avec prudence.