Bilan 2001 :  Tableau  n°8 : evolution des indication de la FIV classique

Texte

Tableau précédent

Tableau suivant

 

valeur en (%)

INDICATIONS

1997

1998

1999

2000

2001

TUBAIRE ISOLEE

31,6

31,7

29,3

26,4

26,8

TUBAIRE ET MASCULINE (FIVC)

18,3

16,7

15,4

15,4

15,1

TUBAIRE ET FIVD

1,1

0,8

0,6

0,7

0,5

TOTAL des INDICATIONS TUBAIRESa

51,0

49,3

45,6

42,7

42,4

MASCULINE ISOLEE (FIVC)

21,6

20,6

22,8

22,5

23,6

MASCULINE ISOLEE (FIVD)

4,1

3,6

2,8

2,5

2,3

ENDOMETRIOSE ISOLEE

5,4

6,0

5,7

5,8

5,9

AUTRES CAUSES / NON PRECISEES

0,7

1,0

1,3

4,4

1,2

IDIOPATHIQUE

17,0

19,5

21,7

22,4

24,6

SIGNIFICATIVITE (globale)

p=0,001

 

FIVNAT 2002

a : Total légèrement supérieur à la somme des 3 lignes précédentes en raison de l’existence d’un petit nombre d’indications tubaires associées à d’autres facteurs que masculins

b : Aucun autre facteur trouvé pour expliquer l’infertilité

 

Commentaires : Les indications tubaires représentent maintenant moins de la moitié des cas. Par contre, même en FIV classique, les indications d’origine masculine isolée représentent un quart des indications et, au total, plus de 41 % des cas. Les FIVD continuent à diminuer (en partie par transfert vers l’ICSI-D ?). Les indications idiopathiques continuent leur progression sans qu’il ne soit possible de préciser à quoi correspondent vraiment ces cas.