Bilan 2001 :  Tableau  n° 13 : taux de grossesses cliniques selon l’indication en ICSI

 

Texte

Tableau précédent

Tableau suivant

 

 

TAUX PAR ANNÉE, PAR PONCTION

TAUX GLOBAL

INDICATIONS

1997

1998

1999

2000

2001

/ ponct

/ transf

Masculines isolée (ICSIC)

24,8

24,2

26,4

25,2

24,2

25,0

27,1

Masculines isolée (ICSID)*

25,9

31,8

31,4

31,5

20,6

27,5

29,1

Masculines et tubaire (ICSIC)

21,7

21,3

23,7

21,7

20,2

21,6

23,7

Masculines et tubaire (ICSID)*

75,0

35,3

15,6

20,8

23,6

26,7

29,1

Total des masculines

24,3

23,8

25,9

24,8

23,5

24,5

26,6

Indications non  masculines

22,5

22,9

24,1

23,5

21,4

23,4

25,6

ORIGINE DU SPERME (CONJOINT)

 

 

 

 

 

 

 

                EJACULE, FRAIS

24,2

24,1

25,7

24,6

23,0

24,4

26,3

                EPIDIDYME, FRAIS*

24,9

24,9

27,9

23,8

32,1

26,3

28,8

                TESTICULE, FRAIS*

20,3

19,8

21,3

19,1

25,7

21,1

25,6

                EPID. / TEST . CONGELE*

26,3

24,4

28,1

25,6

22,6

25,8

28,2

                CONGELE, AUTRE

23,4

20,8

27,1

22,4

22,5

23,3

25,6

SIGNIFICATIVITE

0,22

0,09

0,18

0,04

0,05

p <0,01

p<0,01

* effectifs faibles. Les pourcentages sont donc à prendre avec précaution                 FIVNAT 2001

 

Commentaires : Les indications non masculines sont associées aux moins bons résultats (p<0,01), reflet probable d’un plus grand nombre d’échecs antérieurs en FIV, comme en témoigne le rang plus élevé (tableau I-4). L’origine du sperme a peu d’impact sur le résultat, sauf pour les ponctions testiculaires qui sont associées à des résultats légèrement inférieurs. Il faut cependant prendre ces chiffres avec précaution. En effet, ils reposent sur des petits effectifs, le groupe « testiculaire frais » inclus 6 % de cas où il n’y a pas eu de spermatozoïdes recueillis (contre 1,5 % pour les épididymaires). On peut d’ailleurs se demander si un certain nombre de ponctions sans spermatozoïdes et n’aboutissant pas à une ICSI, n’ont pas été exclues des FIV