Bilan 1999 : Commentaires des résultats

Accueil

Etudes

Grand Public

Plan du Site

Bilans

1995

1996

1997

1998

1999

95-99 *

2000


Introduction
Population
Résultats
Grandes tendances
Tableau 1
Tableau 2
Tableau 3
Tableau 4
Tableau 5
Tableau 6
Tableau 7

Résultats

En ce qui concerne les protocoles de stimulation, il n'existe pas, en 1999 par rapport à 1998, de différence concernant l'utilisation des analogues agonistes de la GnRH. Ils sont au même niveau quelle que soit la technique. En ce qui concerne la stimulation il reste un pourcentage non négligeable de cycles stimulés par HMG (12 %). La dose totale de gonadotrophines nécessaire pour la stimulation a nettement diminué.

Les nombres d'ovocytes, totaux, inséminés ou injectés sont restés stable cette année. En revanche, le taux de fécondation a augmenté en ICSI et en FIV ainsi que le nombre d'embryons obtenus.

Le pourcentage de cycles avec congélation a légèrement augmenté en 1999, le nombre d'embryons congelés étant en moyenne de 3,9 en FIV et 3,6 en ICSI. Le nombre moyen d'embryons transférés continue de décroître, passant, en moyenne, à 2,3 en FIV et 2,4 en ICSI. On peut aussi mettre en exergue le fait que, en 1999, seulement 6,7 % des transferts ont été réalisés avec plus de 3 embryons. Enfin, par rapport à 1995, le pourcentage de transferts de 2 embryons a presque doublé et représente maintenant plus de 40 % des transferts. Le taux de grossesses qui leur est associé est passé de 22 % à 29 % durant la même période, traduisant bien le choix privilégié de ce transfert par les équipes.

Les taux de grossesses par ponction sont relativement stables en 1999 par rapport à 1998, en FIV et en ICSI, et les taux de grossesses par transfert sont très proches dans les 2 techniques. Pour les FIV classiques, il est toujours le plus élevé pour les FIVD. En ce qui concerne l'ICSI, il est plus élevé dans les indications masculines que dans la plupart des autres.

 

 Les données de ces études appartiennent à l 'ensemble des membres de FIVNAT. Toute reproduction écrite ou orale de ces données doit mentionner leur origine.